2023
20 juillet > 5 août

Archives

1989

Chapiteau
Sonny Rollins
SONNY ROLLINS

Figure de proue du saxophone ténor au même titre qu'un Coleman Hawkins ou un John Coltrane, Sonny Rollins a connu, depuis ses débuts en 1947 (il avait à peine dix-sept ans), une carrière où les fulgurances alternent avec les moments de doute. C'est que, loin de s'installer dans une routine sécurisante, cet écorché vif, écartelé entre la tradition et le goût de l'aventure, a toujours cherché à aller au-delà de lui-même. A défricher des terres vierges, tantôt en compagnie de novateurs (Ornette Coleman, Don Cherry, Paul Bley, pour n'en citer que quelques-uns), tantôt en solitaire. Quitte à abandonner la scène du jazz, en 1960,  pour une retraite dont il reviendra apaisé, pour un temps rasséréné, avant que son insatisfaction foncière ne le lance à nouveau sur les chemins de la recherche. Il s'agit pour lui de repousser toujours plus loin les frontières du jazz, tant sur le plan mélodique qu'harmonique, d'intégrer de nouveaux idiomes ("Saint-Thomas", une de ses plus célèbres compositions, témoigne de sa fascination pour les musiques Caraïbes), sans pour autant rompre avec un classicisme dont il demeure imprégné. Ainsi - sa production phonographique en est l'illustration - son cheminement est-il marqué, à l'instar de son jeu, par des périodes contrastées. La sérénité, le lyrisme y sont traversés et, pour ainsi dire, fracturés par le vertige de la quête. Comme s'il fallait sans cesse remettre en cause un équilibre fragile, difficilement conquis et éphémère par essence. Chaque concert de Sonny Rollins est une épopée aléatoire qui fait leur place à l'exultation et à la violence, au ressassement, au cri, voire à la tendresse et à l'humour. Servi par des dons d'improvisateur hors du commun, il entraîne son auditoire dans les méandres d'un discours torrentueux, tourmenté, dont l'originalité et la beauté convulsive atteignent à une manière de cohérence supérieure.

 

Sonny Rollins saxophone
Clifton Anderson trombone
Bobby Broom guitare
Marc-Samuel Soskin claviers
Bob Cranshaw basse
Marvin Smith batterie