2023
20 juillet > 5 août

Archives

2009

Chapiteau
Sonny Rollins
SONNY ROLLINS

D’entrée, l’une des dernières stars vivantes de l’histoire du jazz. Sonny Rollins, large tunique rouge, lunettes noires, arpente la scène, saxophone en main. 
Si la carcasse du colosse a parfois quelque peine à suivre, il n’a, en revanche, rien perdu de son talent ni de son inspiration. Sonny, Please, composé à la mémoire de son épouse, donne le ton. Larges développements, réitérations, thèmes triturés en tous sens. Quelques belles ballades (My One And Only Love, In A Sentimental Mood), des morceaux emblématiques (Tenor Madness, Saint Thomas donné en rappel). Une pâte sonore compacte. La fougue, l’enthousiasme. Jamais Sonny ne s’était livré avec autant d’ardeur. Au point de multiplier les rappels et même de chanter, fait rarissime qui témoigne de l’empathie spontanément créée avec un public conquis.


Sonny Rollins saxophone
Clifton Anderson trombone
Bobby Broom guitare
Bob Cranshaw contrebasse
Kobie Watkins batterie
Victor Y. See Yuen percussions