2021

Archives

1997

Chapiteau
Ray Charles
RAY CHARLES

Ray Charles & The Giants of Jazz, sur le papier la démarche avait de quoi séduire. Dans l'esprit, aussi. Le dieu vivant de la soul renouant, au moins pour une soirée, avec quelques-uns de ses plus fidèles lieutenants, comme le baryton Leroy Cooper ou le ténor David «Fathead» Newman, musiciens qui l'ont aidé à bâtir sa légende. Aux côtés de ceux-ci : Phil Woods et Johnny Griffin, boppers certifiés peu aptes à jouer les troisièmes couteaux, quel que soit le contexte proposé; Bobby Durham et Niels-Henning Orsted Pedersen (NHOP), dans le rôle de la rythmique impassible mais tolérante, et (suggestion purement marciacaise), Nicholas Payton et Roy Hargrove, assez émerveillés de se retrouver en pareille compagnie VIP. Costume feuille morte sur chemise sous-bois à jabot, pochette et noeud papillon, Ray Charles, tout sourire dehors, s'est installé alors aux commandes de son Yamaha KX 88, pour roder quelques thèmes instrumentaux tendance Soul Meets Jazz, prétexte à une enfilade de solos. Ensuite, The Genius a commencé à aligner quelques titres inoubliables (Ain't That Love, Mess Around...) qui faisaient toute la saveur de ces super quarante-cinq tours Atlantic, Vega ou ABC Paramount. Et puis, sans qu'on sache vraiment pourquoi, tout s'est mis à s'effilocher. David Newman, apparemment le plus concerné, a bien essayé de redresser la barre. Mais curieusement, ce sont les Young Lions (Payton & Hargrove) qui, soudain motivés par l'arrivée pseudo-surprise de Wynton Marsalis, ont remis un peu d'ordre dans la maisonnée. Concluant une série de courts chorus inaugurée, en toute légitimité monkienne, par Johnny Griffin déchaîné, ils ont tiré, collectivement, un Straight No Chaser vers le haut.

 

Ray Charles piano, voix, direction
Wynton Marsalis trompette
Roy Hargrove trompette
Nicholas Payton trompette
Johnny Griffin saxophone
David Newman saxophone
Phil Woods saxophone
Leroy Cooper saxophone
Kenny Carr guitare
N.H.O.P contrebasse
Bobby Durham batterie