2021

Archives

1994

Chapiteau
Oscar Peterson
OSCAR PETERSON

Né à Montréal (Canada) en 1925, le pianiste et compositeur Oscar Peterson occupe depuis de longues années le premier plan de la scène internationale du jazz. Révélé par les concerts du "Jazz At The Philarmonic" au début des années 50, il constitue un trio piano-basse-guitare avec Ray Brown et Barney Kessel, puis Herb Ellis, avant de remplacer la guitare par la batterie - celles notamment d'Ed Thigpen et de Louis Hayes. Ses trios successifs parcourent la planète au fil des années et participent aux enregistrements des plus grands, de Louis Armstrong à Charlie Parker, de Sarah Vaughan à Stan Getz et à Stéphan Grappelli, sans compter une bonne centaine d'albums parus depuis 1945 sous le nom d'Oscar Peterson. Un succès jamais démenti qui sanctionne une foule de distinctions décernées dans le monde entier. Pianistiquement, le style d'Oscar Peterson est reconnaissable entre mille. Sa virtuosité que l'on peut comparer à celle d'Art Tatum, son incroyable vélocité dans les tempos les plus rapides, son invention mélodique quasiment inépuisable s'accompagnent d'une grande sûreté harmonique et d'un swing communicatif. C'est un monstre sacré du clavier que Marciac accueille pour la deuxième fois, après une prestation triomphale il y a deux ans. Il est accompagné par Niels-Henning Orsted Pedersen, contrebassiste danois avec qui il a joué et enregistré dès le milieu des années 70. Remarquable technicien à l'aise dans tous les styles de jazz, NHOP est un partenaire très recherché, comme en témoigne sa participation à de nombreux disques et concerts de Dexter Gordon, Lee Konitz, Slide Hampton ou même Albert Ayler et Anthony Braxton, pour ne citer qu'eux. A la batterie, Martin Drew fournit un soutien précis et subtil.

 

Oscar Peterson piano
N.H.O.P. contrebasse
Martin Drew batterie