2021

Archives

2004

Chapiteau
Brad Mehldau
BRAD MEHLDAU

Qu’il interprète Cole Porter ou Paul McCartney, Thelonious Monk ou Tom Jobim, George Gershwin ou Radiohead, Brad Mehldau reste reconnaissable entre mille. Netteté du phrasé et de l’articulation, élégance, raffinement harmonique, capacité à créer des climats tour à tour allègres ou mélancoliques, le pianiste envoûte littéralement un chapiteau archi-comble. Au point qu’on entendrait une mouche voler durant un concert qui relève pourtant de la gageure. Non seulement parce que l’exercice du solo est toujours périlleux, mais parce que l’ambiance festive semble se prêter mal à une concentration de tous les instants. Pari gagné, donc, et de belle manière. Trois rappels en témoignent dont on retient un River Man, modèle de densité et de fluidité.


Brad Mehldau piano