2021
24 juillet > 4 août

Programmation

Réserver

Chapiteau
Hugh Coltman
HUGH COLTMAN
‘‘Who's Happy?’’

Après avoir brillamment rendu hommage à Nat King Cole sur son album Shadows, Hugh Coltman est resté sur le continent nord-américain pour boire l’eau d’une autre source tout aussi inspirante pour lui : la Nouvelle-Orléans. Là, au cœur du berceau du jazz, le plus français des chanteurs britanniques a revitalisé son écriture en compagnie notamment d’un furieux brass band local et de Freddy Koella, savoureux guitariste sur le CV duquel on croise des noms aussi impressionnants que Willy DeVille, Bob Dylan, Dr. John, Johnny Hallyday ou bien encore Jacques Higelin. Avec des cuivres chauffés à blanc, des percussions élastiques au possible et ce groove propre aux fanfares typiquement néoorléanaises, Hugh Coltman a façonné un projet mêlant nostalgie et modernité. Respectueux de la tradition de la ville qu’il célèbre, il n’oublie jamais d’apporter sa touche personnelle et contemporaine mais aussi des influences aussi bigarrées que celles d’un Tom Waits, d’un Screaming Jay Hawkins, d’un Marc Ribot ou d’un Willy DeVille justement.
 

Hugh Coltman voix
Frédéric Couderc clarinette, baryton
Jérôme Etcheberry trompette
Jerry Edwards trombone
Didier Havet soubassophone
Freddy Koella guitare
Gael Rakotondrabe piano
Raphael Chassin batterie

Voir un extrait du concert
Kyle Eastwood
KYLE EASTWOOD
‘‘Cinematic’’

On l’avait vu timide et presque gêné de porter un nom si lourd d’images (y compris musicales). On a découvert ensuite un discret meneur de groupe de post-bop actualisé par un groove léger, rendant accessible des compositions ouvragées juste ce qu’il faut. Depuis, Kyle Eastwood  –tantôt contrebasse, tantôt basse électrique- affirme sa position de jazzman qui va à l’essentiel, propose du solide plutôt que de l’ethéré, impacte notre mémoire des notes. Avec une dizaine d’albums à son crédit, Kyle Eastwood n’a pas cédé sur son désir. S’il fait des apparitions, plus jeune, sur les écrans, il décide au sortir de l’adolescence de se consacrer au jazz. Contrebassiste et bassiste, il demeure fidèle à une approche traditionnelle et mélodique du jazz, qu’il enrichit souvent d’ornements lyriques. « Le cinéma est ma seconde passion » avoue‐t‐il. Il paraissait donc naturel, qu’aujourd’hui, son quintet se penche sur les bandes originales de film. Par son approche humble et respectueuse de ces musiques, connues du plus grand nombre, il remet au goût du jour des œuvres originales devenues, avec le temps, des classiques.

Brandon Allen saxophones
Quentin Collins trompette, bugle
Kyle Eastwood contrebasse, basse
Andrew McCormack piano
Chris Higginbottom batterie
Hugh Coltman voix

Voir un extrait du concert