2020
24 july - 16 august

Program

Mezzo
© Paul Joseph
Dave Holland - Zakir Hussain - Chris Potter
Chacun dans leur instrument, le contrebassiste britannique Dave Holland, le percussionniste indien Zakir Hussain et le saxophoniste américain Chris Potter sont des intouchables. Des intouchables mais aussi des virtuoses atypiques, coloristes esthètes n’ayant jamais cessé d’empêcher le jazz de tourner en rond…

Avant d’en être lui-même un, Dave Holland a épaulé des géants nommés Miles Davis, Stan Getz ou Chick Corea. La rondeur de son les a hypnotisés et rapidement il volera de ses propres ailes… Sur sa terre natale, Zakir Hussain est un mythe mais surtout LE prince du tabla, cette percussion phare de la musique du nord de l’Inde, qu’il ne cessera d’embarquer sur les terres du jazz, notamment avec son vieux complice John McLaughlin au sein du groupe Shakti… Chris Potter enfin, leur cadet de vingt ans, est le plus intègre et le plus impressionnant saxophoniste de sa génération, sideman pour la jazzosphère entière (il a participé à plus de 150  albums !) mais aussi compositeur et leader de ses propres projets (une vingtaine d’albums sous son nom). Ensemble, Holland, Hussain et Potter se lanceront dans l’exploration des influences du jazz dans la musique populaire indienne.

« Mon premier ? Un contrebassiste autodidacte dont le jeu atypique et la magnifique sonorité ont été vite repérés par un certain Miles Davis. Mon deuxième ? Une légende vivante, le plus grand maître du tabla indien qui se produisait déjà avec Pandit Ravi Shankar à l’âge de douze ans. Mon troisième ? Peut-être le plus vertigineux virtuose du saxophone ténor selon Michel Contat de Télérama. Mon tout ? Une soirée dont nos oreilles se souviendront longtemps ! Nous ne sommes pas prêts d'oublier cette rencontre au sommet entre Dave Holland, Zakir Hussain et Chris Potter. »

Dave Holland contrebasse
Zakir Hussain tabla
Chris Potter saxophone

Concert enregistré le 28 juillet 2018
Réalisation Jean-Marc Birraux

 

Voir un extrait
Katché-Bona-Stern-Lan Doky © Laurent Sabathé
Manu Katche - Richard Bona - Mike Stern - Niels Lan Doky
Frissons garantis avec l’union de ces quatre (très) fortes personnalités ! A la guitare, Mike Stern, grand artificier de la Telecaster jazz rock, ancien complice de Miles Davis et improvisateur tout terrain.
 

A la basse, Richard Bona, dompteur de groove adoubé par Bobby McFerrin, Quincy Jones et Stevie Wonder, capable aussi d’attraper le micro pour chanteur comme un félin. Au piano, le Danois Niels Lan Doky, sans doute l’un des plus subtils héritiers du grand Bill Evans. Et derrière ses fûts, Manu Katché, batteur polyglotte et tout en finesse, aussi à l’aise dans un contexte purement jazz qu’aux côtés des plus grandes stars de la chanson ou du rock’n’roll… Ensemble, Mike Stern, Richard Bona, Niels Lan Doky et Manu Katché forment un quartet de choc inédit qu’on ne peut imager que rutilant et porté par une énergie défiant les lois de l’apesanteur.

« La rencontre au sommet de quatre mousquetaires du Jazz ! Si Manu Katche à la batterie et Richard Bona à la basse ont déjà conquis le public de Marciac dans différents contextes, c'était une première pour le guitariste Mike Stern et le pianiste-claviériste Niels Lan Doky. Ce sont des techniciens aguerris à tous les styles de jazz qui allient un toucher extraordinaire et une grande maîtrise sonore. Leur groupe, propagateur discret d’une fusion dispensant des frissons parfois exotiques, porte aussi sur une ouverture vers les sonorités rock. Le côté explosif des personnalités musicales de ce quartet est une nouvelle fois détecté en « live ».

Mike Stern guitare
Niels Lan Doky piano
Richard Bona basse
Manu Katché batterie

Concert enregistré le 6 août 2018
Réalisation Jean-Marc Birraux

Voir un extrait
Erik Truffaz @ Nicolas Roger
Erik Truffaz 4tet with guests Guillaume Perret & Nya
Le partage a toujours été au cœur de la musique d’Erik Truffaz. Qu’il croise le fer avec des bidouilleurs électro (Murcof), des voix d’ici (Christophe, Oxmo Puccino) ou d’ailleurs (Rokia Traoré, Ed Harcourt) et même des pointures de la soul ou du rock (Sly Johnson, Rodolphe Burger), le trompettiste suisse a toujours osé toutes les rencontres, toutes les textures sonores, tous les contextes.
 

D’envoûtants corps à corps dans lesquels l’impressionnisme de ses solos expédie le jazz dans des contrées éclectiques. Ce « son Truffaz », singulier et reconnaissable entre tous, accueillera à Marciac un tsunami nommé Guillaume Perret. Un fascinant saxophoniste virtuose, azimuté et hybride, qui carambole jazz, électro, jazz fusion, rock progressif et tous les sons qui lui passent entre les doigts. Un sculpteur de sons hors normes, adoubé par John Zorn, et qu’une embardée avec le quartet d’Erik Truffaz ne peut que stimuler.

« Le quartet d'Erik Truffaz reprend ici son album sorti en 1999 "Bending New Corners" avec Guillaume Perret au sax et le chanteur Nya. Paire rythmique excitante, ténor saignant à l'articulation limpide, utilisation parcimonieuse de l'électro, justesse des "samples" et du Rhodes, l'association réussie du rap avec le jazz, phrasé sûr et tranquille de la trompette... Il se dégage de ce concert une atmosphère légère et planante qui laisse beaucoup de place aux "sidemen" pour s'exprimer. »

Erik Truffaz trompette
Marcello Giuliani basse
Benoît Corboz piano, Fender Rhodes
Marc Erbetta percussions

With special guests :

Nya voix
Guillaume Perret saxophone

Concert enregistré le 6 août 2018
Réalisation 
Jean-Marc Birraux

Voir un extrait