favoris
Partager
Printer-friendly version

Current Size: 100%

Sylvain Daniel

Engagé dés l’âge de 7 ans dans l’étude du cor d’harmonie au CNR de Nantes, Sylvain Daniel aurait probablement rejoint à terme les pupitres d’un orchestre symphonique de province s’il n’avait découvert à l’adolescence les sortilèges sonores de la basse électrique à travers les virtuosités poly-métriques de Reggie Washington dans les groupes de Steve Coleman et de Michel Hatzigeorgiou dans Aka Moon. Fasciné par le groove, cet art minimaliste de précision consistant à placer la bonne note au bon moment au bon endroit, Sylvain Daniel sent alors que ses goûts le poussent irrésistiblement vers d’autres horizons que ceux tout tracés de la musique classique. Lorsqu’en 1999 Julien Lourau l’embarque dans son orchestre pour la tournée du disque « Gambit », aux côtés de Magic Malik et de Jeff Sharel, Daniel comprend très vite qu’il vient de bifurquer définitivement du côté des musiques populaires. Totalement happé par le hip hop (The Roots, D’Angelo, Bilal), le bassiste épure alors son jeu jusqu’à l’os et fréquente, à Paris, la scène alternative du squat d’artistes Les Falaises (Maxime Delpierre, Laurent Bardaine,Thomas de Pourquery). De cette effervescence naîtra en 2002 le groupe Soulreactive — « une sorte de blues blanc éraillé et psyché, hyper contemporain, pulsé de grooves hip hop et mêlé de free » : sa première grande expérience collective. Partagé dès lors entre projets ambitieux ou atypiques (Elise Caron, Electric Mop, Sarah Murcia, Piers Faccini, le groupe DPZ de Thomas de Pourquery et Daniel Zimmerman), mettant à contribution sa « conception orchestrale de l’instrument », et musiques pop plus directement accessibles (Kent, Olivia Ruiz) pour lesquelles il s’agit de « créer une ligne de basse et de s’y tenir », Sylvain Daniel est repéré par Daniel Yvinec qui l’intègre à son ONJ de 2009 à 2013. Parallèlement, il continue de diversifier ses collaborations, joue et enregistre avec Ornette, Yom & The Wonder Rabbis, fait partie du groupe électro Bot’Ox (Cosmo Vitelli) et, en 2014, sort le premier album du groupe The Afrorockerz qu’il réalise, produit et mixe avec le guitariste Julien Raulet. En 2015, il remplace Bruno Chevillon dans l’ONJ d’Olivier Benoit. Actuellement, il travaille sur un projet autour de la ville de Detroit, en collaboration avec deux photographes, Romain Meffre et Yves Marchand. L’idée est de mettre en musique leur livre de photos « Ruins of Detroit » ; un projet scénographique qui donnera lieu à un album.

Site du formateur : www.facebook.com
Page top